Les éditions sociales

une maison ouverte

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Friedrich Engels, Écrits de jeunesse, tome 1, 2015

Friedrich

Friedrich Engels, Écrits de jeunesse, tome 1, 1839-1842, le jeune Allemand hégélien, collection Geme, Les Éditions sociales, Paris, mai 2015, 148 × 236 mm, 432 pages, 30 €.
ISBN :  978-2-35367-010-9 (29 mai 2015)


Un nouveau volume de la Un livre de la Geme

Tout comme Marx, Engels a suivi une évolution sinueuse avant d’arriver aux idées qui sont restées associées à son nom. L’historiographie marxiste a souvent cherché dans leurs idées de jeunesse la préfiguration de celles de la maturité, mais on comprend mieux l’évolution philosophique et politique de l’un et de l’autre si l’on considère pour elles-mêmes et dans leurs spécificités les différentes étapes de leur formation intellectuelle. Telle est l’intention de ce volume de la Geme consacré aux écrits d’Engels à l’époque où il se définissait comme un « Jeune Allemand » et comme un « jeune hégélien ». Qu’Engels se soit totalement identifié à la Jeune Allemagne et au Jeune hégélianisme, qu’il en ait totalement adopté le style et poursuivi avec enthousiasme les objectifs, c’est ce que l’on pourra constater dans ce volume qui contribuera sans doute à corriger l’image qui reste aujourd’hui encore trop souvent attachée à son nom, celle d’un vulgarisateur dogmatique, sans talent ni originalité, des idées géniales de Marx. On constatera en outre qu’Engels ne s’est pas contenté de se fondre dans ce qui constituait, à la fin des années 1830 et au début des années 1840, les deux principaux courants de la gauche allemande. Il fut également l’un des seuls à chercher à les mettre en rapport et il le fit d’une façon originale. Après quelques indications biographiques, nous présenterons les grands axes et les principaux enjeux de ses publications entre 1839 et 1842 en considérant successivement le passage de la jeune Allemagne au Jeune hégélianisme, les modalités de la participation aux combats jeunes hégéliens, la critique de Schelling et la manière dont cette critique fut relancée un an plus tard par Marx.

Table des matières

Introduction

De la Jeune Allemagne au Jeune hégélianisme

7

Entre Börne et Hegel

10

L’« Anti-Schelling »

30

Engels et Marx, Jeunes hégéliens et critiques de Schelling

78

Conclusion : l’évolution des idées philosophiques et politiques d’Engels

93

Note sur la présente édition

99

Friedrich Engels, Écrits de jeunesse

Lettres de la vallée de la Wupper

103

Ernst Moritz Arndt

129

Schelling sur Hegel

147

Schelling et la révélation

157

Schelling, le philosophe en Christ

209

Journal d’un auditeur

231

Libéralismes d’Allemagne du Nord et d’Allemagne du Sud

239

Polémique contre Leo

243

Le Triomphe de la foi

247

Alexander Jung, Leçons sur la littérature allemande moderne

281

Contribution à la critique des lois sur la presse en Prusse

299

Frédéric-Guillaume IV, roi de Prusse

309

Annexes

Schelling, Préface à un écrit philosophique de M. Victor Cousin

321

Ludwig Börne, Gallophobie de M. Menzel

337

Ludwig Börne, Lettres de Paris

343

Karl Gutzkow, Sur la philosophie de Hegel

347

Moses Hess, La triarchie européenne

351

Moses Hess, Les partis politiques en Allemagne

363

Bruno Bauer, Le Mythe de Hegel

369

Edgar Bauer, Le Juste-Milieu

373

Arnold Ruge, Préface à l’année 1841 des Annales allemandes

403

Arnold Ruge, À Moritz Fleischer

407

Lettre de Karl Marx à Ludwig Feuerbach, 3 octobre 1843

409

Premier brouillon de réponse de Ludwig Feuerbach à Karl Marx

413

Manuscrit de Ludwig Feuerbach contre Schelling

417

Bibliographie sélective

421




Les auteurs (cliquez sur le nom pour d'autres informations) : — Engels Friedrich
Vous êtes ici : Le Vestibule